L’Ermitage de Saint-Donat et la voie romaine

La météo ne nous promettant pas un ciel clair pour ce mardi soir nous renonçons à la balade de pleine lune sur Lure au profit d’une balade de plein jour. Nous ne voulons pas faire trop de route et c’est l’Ermitage de Saint-Donat qui est plébiscitée au pied levé. Nous allons nous garer à une dizaine de kilomètres de Cruis sur la D101 après le pont au pied de l’Église de Saint-Donat le Bas sur la commune de Montfort.

Nous prenons en face de notre parking, à rebrousse poil, un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle le GR 653D. Nous traversons Le Mardaric et nous nous élevons dans la colline de La Louvière sur un sentier de grosses pierres jaunâtres qui se dorent au soleil du matin. Au bout d’un petit kilomètre, sur la gauche un timide cairn nous signale l’effondrement de la doline dans laquelle se situe l’Église de Saint-Donat Le Haut plus connue sous le nom d’Ermitage de Saint-Donat.

Quelques questions fusent et il faut bien dire que nous n’avons pas beaucoup de réponses. Donc voici quelques éléments historiques et légendaires.

Donat nait à Orléans dans la deuxième partie du Ve siècle. Vers l’an 500 Jean l’évêque de Sisteron lui-même originaire d’Orléans lui demande de venir évangéliser le Pays de Lure. Il y vient avec son ami d’enfance May qui lui se fixe au monastère de Bodon près de Rémusat dans la Drôme. Ce May appelé aussi dans certains documents Marius n’est autre que le Saint Mary dont les restes ont été transférés vers 950 de la cathédrale de Sisteron dans celle de Forcalquier de peur d’une invasion sarrasine. Donat s’installe comme ermite dans cette doline du pied de Lure. L'abbé de Bodon est informé par une révélation de la mort proche de Donat et vient assister son ami à sa dernière heure (le 16 août probablement 522). Il envoie ensuite quelques disciples établir des cellules auprès de Florent pour garder le tombeau de Donat. Ce fut l'origine d'un petit prieuré relevé par les moines de Boscodon à la fin du XIIe siècle lors de la construction de l'abbaye de Notre-Dame de Lure.

Revenons sur les lieux. Un charme mystérieux s’en dégage. La doline est à ciel ouvert mais L’entrée primitive par un escalier en colimaçon est encore bien visible. Au fond la grande nef de l’église souterraine apparait.
Le mur Est comporte trois absidioles semi-circulaires voûtées en cul-de-four (à pizza diront quelques mauvais esprits) et le mur Nord possède deux excavations naturelles qui aurait put accueillir la dépouille de Saint-Donat.

L'abbé Andrieu y fit des fouilles de 1883 à 1890. Il fit percer un tunnel équipé de rails destiné évacuer les matériaux. Ce tunnel mène à une belle vue sur Saint-Donat Le Bas.

Nous reprenons notre chemin pour visiter le charmant village de Montfort à flan de colline, à la vue imprenable sur la Durance. Nous décidons d’y piqueniquer au soleil, au pied du château d’eau.

Nous revenons sur nos pas sur la voie romaine. C’est une partie de la voie Domitienne qui reliait l’Italie à la péninsule Ibérique. C’est toujours émouvant de sentir sous les pieds ces pierres consciencieusement posées depuis plus de 2000 ans.

Quelques centaines de mètres de goudron nous ramènent aux voitures et quelques kilomètres au café des Mées pour clore cette rando.