Les Cadières de Brandis

Nous étions à nouveau douze pour cette troisième rando post confinement. Le fait qu’il y ait un peu de route et que nous ayons à prendre six voitures nous a fait hésiter à maintenir cette destination. Mais comment résister au charme des Cadières ? Nous avons mis notre mouchoir sur notre mauvaise conscience liée au bilan carbone et sommes partis pour rejoindre le Col des Lèques.

Le temps est idéal et nous commençons notre ascension sur un PR qui se transforme rapidement en GR 406 belle piste forestière. Entre les arbres nous avons une magnifique vue sur le Roc qui domine Castellane, sur un plissement de roche de forme ovoïde véritable curiosité géologique bien connue sous le nom de « l’Œuf » bien sûr. En face le « Mandarom » siège d’une communauté religieuse dite du « Lotus d’or » a perdu de sa superbe en perdant son gigantesque bouddha.

Pause banane en arrivant au dessus d’un Verdon bien vert mais très encaissé et des villages de Villars Brandis et de Taloire. Nous poursuivons notre chemin, en quittant la piste après une série d’antennes, par un petit sentier d’où nous découvrons la Grande Cadière dans toute sa majesté. Le sentier s’élève dans une rocaille aride où ne poussent que quelques genêts cendrés quelques fleurs modestes et quelques graminées. L’arrivée sur le plateau nous change d’ambiance, jeunes herbes vertes, mousses luxuriantes, puis un chaos gigantesque. Nous nous interrogeons : Comment les pins sylvestres et les genévriers arrivent à s’établir entre ses monstrueux blocs de pierre ? Nous errons en pleine estampe japonaise, le décor aurait très bien pu inspirer Hokusai.

Nous quittons le sentier principal pour aller voir les falaises dolomitiques des Cadières au plus près. Nous marchons sur des couches calcaires vieilles de 180 millions d’années. Le paysage est colossal avec ses masses compactes ou déchiquetées ses amoncellements de pierres éboulées. Vertigineux ! Au sens propre et au sens figuré…

Cadière signifie chaise en provençal. Nous choisissons d’emprunter leurs Cadières aux titans le temps de notre pique-nique.

Nous repartons en direction du nord pour franchir le pas de la falaise chaotique et amorçons une descente quelque peu acrobatique dans un amas de rochers. Nous retrouvons rapidement un sentier sous bois propice à la récupération de forces. Nous sommes tout étonnés mais contents d’être si tôt aux voitures, ravis d’avoir découvert ou revu les Cadières de Brandis.

Un pot chez Monique et Ian clôture cette étonnante journée.