Crête du Clot des Martres

Exceptionnellement, nous randonnons un lundi, les prévisions météo n'étant pas très favorables pour ce mardi. Nous sommes peu nombreux, seuls sept randonneurs sont partant, destination le village d'Authon.

A la sortie du village, nous empruntons une longue piste pour rejoindre notre point de départ au-dessus de "la Pélenquine". De là, nous nous dirigeons sur une ancienne piste mal entretenue vers le "Ravin des Planchettes". L'herbe est haute, il a plu la veille, donc le sol est très humide. De plus, il y a quelques gués à passer également.

3,5 km plus loin, nous arrivons au "Collet Pointu", après être passé sans le savoir dans une propriété privée. Seules des barrières pour bestiaux auraient pu l'indiquer, faute de panneaux précis.

Vient maintenant le moment de "taper dans le dur". La montée vers la crête, 380 m de dénivelé sur 3 km, à 1749 m d'altitude. Un peu fatigué, c'est un véritable tapis de fleurs que nous découvrons, et un panorama splendide sur 360°. C'est le moment de reprendre des forces. Pique-nique dans l'alpage verdoyant et coloré, parfois à l'ombre d'un cumulus.

Après ce repos bien mérité, 2 km à parcourir pour atteindre le "Col de la Sapie" où nous accueillent un groupe de chevaux de Przewalski, considérés comme les derniers chevaux sauvages de notre planète. Ce petit cheval sauvage a été découvert en 1879 dans les montagnes près du désert de Gobi en Mongolie. Des programmes d’élevage et de réinsertion ont permis de sauver cette espèce.

Du col, nous amorçons notre descente, près du "Ravin de Fontagne" dans la "Forêt Domaniale du Vanson". Nous avons parcouru 11,5 km et 560 m de dénivelé, félicitations aux sept courageux.

De retour à Cruis, Michèle nous invite à prendre notre pot convivial chez notre président.