La Grande Aiguille et la Grotte Saint-Vincent

Il y avait affluence en ce mardi au parking de départ de Cruis pour aller à l’assaut de La Grande Aiguille. Pas moins de dix neuf randonneurs.
Nous partons en direction de Sisteron, un soleil éblouissant en plein pare-brise, il faut bien payer un tribut au beau temps. Saint-Geniez, Authon et arrivée au parking du Col de Font Belle. La barre de Géruen apparait dans toute sa splendeur, elle semble avoir été dépoussiérée par le mistral de ces derniers jours. Nous nous promettons de lui rendre une visite en juin prochain.

Pour l’instant nous traversons la route pour prendre un petit chemin qui d’emblée monte. Il en sera ainsi pendant de longues épingles à cheveux pour gravir 360 mètres de dénivelé jusqu’au pied de la Grande Aiguille. En montant nous avons des vues de plus en plus belles à travers les sorbiers des oiseleurs, les fayards jaunissants ou les sapins vert sombre. Les abords du chemin sont bien retournés par les sangliers, de nuit le coin doit être  bien  fréquenté. Époustouflant le panorama en arrivant au col !!! Nous nous émerveillons de voir si loin. Le Castellard-Mélan, Thoard, la Bigue du Siron,  la crête de Vaumuse et bien reconnaissable pour nous notre Montagne de Lure. Nous restons un bon moment à commenter le paysage. Il faut bien repartir et redescendre les cours lacets jusqu'à une transversale est-ouest. Une petite pente herbue bien ensoleillée nous fait de l’œil pour nous inviter à piqueniquer. Marché conclu, nous y passons comme d’habitude un moment que nous qualifierons de convivial.
Nous reprenons notre chemin vers l’ouest pour rejoindre le GR 6 avec maintenant une échappée sur Saint-Geniez, le Gourras, le pas de l’Échelle et le Trainon. Petite grimpette avec des pancartes qui nous promettent la grotte Saint-Vincent par chance toujours plus proche. Nous pénétrons dans la grotte c’est la plus grande des Alpes de Haute Provence avec  37 mètres de profondeur. Hélas le vélo qui était fixé sur la passerelle et qui permettait en pédalant d’éclairer le fond de la grotte a disparu et nous ne voyons pas grand-chose. Nous abandonnons le GR pour faire la découverte de la Dalle à Ammonites. Il faut bien avouer que nous manquons de connaissances en géologie pour l’apprécier à sa juste valeur. Rapidement nous bouclons la randonnée en revenant au Col de Font Belle.
 A l’unanimité nous avons passé la journée à nous extasier  sur le ciel pur, sur la délicate lumière d’automne, sur la palette de couleurs des feuilles et des baies, sur les magnifiques panoramas que cette rando nous a offerts.
Nous décidons de renter par Thoard en s’arrêtant au café de  Mallemoisson  où nous avons nos habitudes mais comme il est fermé nous optons pour la terrasse du café des Mées ou nous goutons les derniers rayons du soleil avec nos consommations.
La mode est à tout noter, ne lésinons pas : Rando ★★★★★ en plaisir.
Mardi20 octobre : Michel nous mènera voir les barrages de Bimont et Zola, au départ de Le Tholonet.