Vieux Noyers-sur-Jabron et chapelle Saint-Claude

 Après notre rendez-vous de Cruis, nous roulons vers Noyers-sur-Jabron où  nous garons les voitures sur le parking aménagé à la sortie du village, devant l’école.

Pour cette randonnée sans difficulté de moins de 9 km pour 450 mètres de dénivelé et 3 heures 30 de marche, la météo nous a donné des informations contradictoires : pluie ou soleil prévu l’après-midi selon les sources… Finalement le temps sera globalement clément.

Nous prenons le sentier qui monte derrière l’église vers le Vieux-Noyers. La pente est marquée mais régulière. Nous cheminons plein Nord sur une croupe, d’abord en sous-bois, puis un sol caillouteux parsemé de fossiles d’ammonites. Au bout d’une heure de marche, après avoir laissé sur la droite un vieil oratoire, nous retrouvons la petite route qui aboutit au vieux village où nous faisons une bonne halte.

On y trouve les restes d’un châteaux du XIIIe siècle avec une entrée voutée majestueuse, un puits, l’imposante église Notre-Dame de Bethléem et Sainte-Euphémie, restaurée et fermée, ancienne dépendance du prieuré de Ganagobie et de Cruis, ses deux cloches sont toujours en place. Sur son flanc Sud se trouve un petit cimetière largement abandonné mais dont les tombes, pillées de leurs croix, portent plusieurs inscriptions encore visibles.

Nous empruntons la rue principale qui longe une ancienne citerne et traversent les nombreuses ruines des maisons du vieux village, qui devait être prospère à l’époque. Elle se prolonge plein Ouest pour former l’ancienne voie qui menait au hameau de Saint-Martin. Nous la suivons pour arriver après une courte descente au hameau de Lauche avec sa belle fontaine-lavoir où les habitants du Vieux-Noyers venaient s’approvisionner en eau et faire leur lessive. En continuant 500 mètres toujours plein Ouest, nous parvenons aux ruines du lieu-dit Rivas où un linteau porte une belle inscription un peu mystérieuse « I.L.R. 1800 » surmontée d’une petit croix gravée. Puis c’est une légère montée sur la croupe où se dresse à 900 mètres d’altitude la chapelle Saint-Claude datée du XVIIe siècle, en partie restaurée et recouverte de lauzes. Au fait du toit, à l’entrée Sud, se trouve une curieuse boule de pierre posée sur un socle, mais la cloche a disparu. L’intérieur, plutôt dégradé (un bénitier encastré dans le mur a été volé et des graffiti inconvenants salissent les murs), a conservé en grande partie son dallage d’origine.

Il est midi, nous décidons de grimper sur le mamelon couvert de buis qui domine la chapelle au Sud, 50 mètres plus haut, pour y pique-niquer. La vue y est magnifique, notamment sur les neiges de l’ubac de la montagne de Lure, grandiose dans ce ciel qui se couvre mais qui laisse encore pointer un doux soleil propice à une courte sieste. Deux gouttes d’eau finissent par tomber et c’est la « redescente » à travers genêts, buis et prairie sous le Vieux-Noyers en direction de la belle propriété des Bartavelles. Nous récupérons un moment la petite route goudronnée qui monte vers le vieux village pour reprendre ensuite le chemin de l’aller qui nous ramène à travers bois à l’église de Noyers-sur-Jabron et aux voitures.

Les bistrots étant toujours fermés, le verre de l‘amitié, de l’amour et de la joie est pris sur la terrasse chez un de nos randonneurs de Cruis.

Mardi prochain : le Fort de Mévouillon du côté de Séderon dans la Drôme.