Balcon du Cristillan

Nous sommes une vingtaine à nous retrouver au rendez-vous de 9 heures ce lundi matin sur le parking à la sortie de Cruis. Notre petit convoi prend alors la direction de Briançon. Après avoir longé le lac de Serre-Ponçon et la ville d’Embrun, nous arrivons au grand rond-point au pied de Mont-Dauphin. Nous prenons sur la droite la route de Guillestre et, à la sortie des gorges du Guil, la petite départementale sur la droite qui mène au village de Ceillac (1 640 m) qui sera notre camp de base au cœur du parc naturel régional du Queyras. Il est presque midi et nous décidons de pique-niquer en haut du village, à côté de la patinoire, point de départ de notre petite randonnée de l’après-midi, « Le Balcon du Cristillan » d’une durée de moins de 3 heures sur 8 km et à peine 250 mètres de dénivelé.

Le Cristillan est une petite rivière ou torrent qui vient de l’Est pour se jeter dans le Guil. En juin 1957, ce torrent gonflé par les pluies et la fonte des neiges a ravagé et enseveli sous la boue le village de Ceillac . Heureusement il n’y a pas eu de victime et le bétail a pu être mis à l’abri sur le site de la chapelle Sainte-Cécile un peu surélevé et à l’écart du village. Une grande solidarité nationale s’est manifestée s’étendant même à l’Europe, 350 bénévoles sont venus pour aider les habitants à reconstruire leur village car il n’était pas question pour eux de quitter les lieux ! Cette catastrophe a été l’occasion d’un choix judicieux : celui du maintien d'une activité agricole associée au développement d'un tourisme respectueux de l'environnement. En effet Ceillac (300 habitants à l’année) est un village agréable et bien préservé !

Nous commençons à monter rive droite au-dessus du torrent sur une large piste qui fait quelques lacets. En fait il s’agit du fameux GR5 (qui relie la Méditerranée à la Hollande) et de sa branche le GR58 que nous suivons en courbe de niveau jusqu’à la petite chapelle de Sainte-Barbe et au lieu-dit « Le Villard ». Nous quittons le GR5 pour rester à droite et atteindre le hameau du Tiouré . Une petite descente nous conduit jusqu’à la route qui mène au Bois Noir mais nous nous contentons de pousser jusqu’au pied  des chalets des Chalmettes où nous faisons une pause, les pieds dans l’eau du Cristillan, très calme ce jour-là. Nous rejoignons Ceillac par cette route bordée de plusieurs petits cairns originaux créés par l'imagination d'une habitante de Ceillac (une certaine Monique Eymard) : poisson, cœur, marmotte, tortue, champignons, chaussure, fleurs, oiseaux,… Après avoir franchi deux ponts nous voilà de nouveau aux voitures.

C’est l’heure de la séparation (provisoire) !... En effet notre groupe est trop important pour être accueilli dans un seul gîte. Un petit groupe se rend au gîte « Les Baladins » au cœur du village, le gros de la troupe redescend en voiture 3 km plus bas en direction de Guillestre pour intégrer le gîte « Le petit Chalet » au lieu dit l’Aval qui se trouve lui, en plein nature au bord du Cristillan. Pour le premier soir, toujours faute de place, le repas sera pris dans chacun des gîtes qui s’avèrent tout à fait confortables et très accueillants.