Lacs Saint-Anne et Miroir

Le rendez-vous est fixé à 8 h 30 devant « Les Baladins » pour ensuite remonter en voiture la D60 sur 1,5 km vers le Sud-Est au parking du Pied du Mélezet. Le programme : monter au lac Sainte-Anne (2 415 m) par le lac Miroir (2 214 m), redescendre par la Fond de Chaurionde et la Cime du Mélezet pour finir la boucle au pied de la cascade de la Pisse.  Soit une randonnée de 14 km pour 5 h 30 de marche et 800 mètres de dénivelé.

Juste devant les voitures, nous empruntons un pont en bois qui franchit le torrent du Mélezet, puis le sentier se poursuit dans la forêt de Mélèzes. Nous sommes de nouveau sur le GR5 et c’est aussi, à cet endroit, le tracé du tour de la Font-Sancte (3 385 m) qui redescend dans la vallée de l’Ubaye par le col de Girardin, après le lac Sainte-Anne. Pendant une bonne heure la montée est assez raide mais sans difficulté technique. Partout des fleurs, des rhododendrons, avant de franchir sur une passerelle le ruisseau de la Pisse qui tombe plus bas en cascade.

C’est l’occasion de belles photos, surtout que nous débouchons, enfin, sur un replat où se niche le lac Miroir et ses roseaux au pied des contreforts de la Font-Sancte couverts de quelques névés. Le temps est encore beau mais des nuages commencent à passer. Nous cheminons agréablement, en contrebas on aperçoit un chalet d’alpage, « Les Preynasses », un chien aboie fortement mais restera au loin près du troupeau. Puis le terrain se fait de nouveau plus pentu, nous arrivons sur des pistes de ski et les inévitables remontées mécaniques. Un dernier effort et la chapelle Saint-Anne est en vue, dominant un lac intensément bleu. Elle fut construite au 18e siècle pour remercier la Sainte d’avoir ramené sains et saufs deux jeunes garçons qui avaient fait la bêtise de s’aventurer au milieu du lac sur un radeau de branchages. Le pèlerinage a lieu le 26 juillet (c’est l’occasion de s’y rendre à titre préventif si vous avez des enfants ou petits-enfants hyperactifs et prêts à faire les 400 coups).

Nous nous installons en face de la chapelle pour le pique-nique que nous ont préparé les gîtes. Nous ne sommes pas seuls mais ce n’est pas la foule non plus. Le temps se couvre, personne n’a le courage de se baigner… Et pour cause, la surface du lac se couvre de petits ronds, signe qu’une petite pluie nous arrive de la Font-Sancte. On sort les équipements adéquats et commençons la descente par un sentier qui plonge raide à l’Est du lac pour rejoindre le torrent du col du Tronchet que nous franchissons sur une passerelle pour ensuite obliquer au Nord-Ouest. La pluie, quelques gouttes en fait, s’est arrêtée rapidement. Nous atteignons le parking de Chaurionde, le cul-de-sac de la D60. Quelques éléments du groupe se font redescendre en voiture tandis que le reste continue par le chemin en lisière de forêt.

Nous nous retrouvons tous au gîte de la Cime du Mélezet dont nous occupons tout le balcon pour boire un verre bienvenu pendant qu’un essaim d’abeilles se cherche un endroit pour se fixer (ce sera sous le toit d’une grange voisine). Nous poursuivons ensuite notre descente sur un large chemin, toujours en lisière de forêt et parallèlement à la route, pour aboutir au pied de la majestueuse cascade de la Pisse (280 m de hauteur) juste au-dessus du parking du Pied du Mélezet où nous retrouvons avec joie nos voitures après cette belle randonnée où tout le monde a bien marché !

 Après une bonne douche salutaire et, pour certains, la visite de la chapelle Sainte-Cécile (où une exposition originale d’art contemporain se met en place sur le thème très pointu de la conservation des œuvres dans les églises désaffectées…), tout le groupe se retrouve pour le dîner au gîte « Le Petit Chalet » précédé d’un apéritif offert par des membres du groupe. Il y a bien une piscine mais le temps s’est rafraîchit dans ce vallon verdoyant et la météo pour demain n’est pas très engageante. En compensation, Bruno, le gérant, sort opportunément ses bouteilles de digestifs et nous passons une chouette soirée sur la terrasse à goûter le calme du soir.